Laissez-les-Vivre

Qui sommes-nous ?
Programme
Communiqués
Bulletins
Publications
Diffusez vos idées
Adhérez
Liens
Archives

SOS Futures Mères

Qu'est-ce que c'est ?
Un cas SOS Futures Mères
Joindre une antenne
Aider SOS Futures Mères
Sa vie avant la naissance
Qu'est-ce qu'un avortement ?

DOCUMENTATION

Démographie mondiale
F.A.Q.

Nous contacter


Le Courrier de LLV - SOS FM n° 171
Le n° 179
du "Courrier" est
en ligne !

 

 

CLIQUEZ POUR OUVRIR LA VERSION PDF

LAISSEZ LES VIVRE - Bulletin 179

Pour lire le document, cliquez sur l'image.

CLIQUEZ ICI POUR OUVRIR LE BULLETIN

LAISSEZ LES VIVRE - Bulletin 178

Pour lire le document, cliquez sur l'image.

CLIQUEZ ICI POUR OUVRIR LE BULLETIN

LAISSEZ LES VIVRE - Bulletin 177

Pour lire le document, cliquez sur l'image.

CLIQUEZ ICI POUR OUVRIR LE BULLETIN

LAISSEZ LES VIVRE - Bulletin 176

Pour lire le document, cliquez sur l'image.

CLIQUEZ ICI POUR OUVRIR LE BULLETIN

Communiqué de Laissez-Les-Vivre - SOS Futures Mères
du 7 novembre 2012

Ce mercredi 7 novembre, le projet de loi de « mariage » homosexuel incluant l’adoption d’enfants par des « couples » homosexuels est présenté en conseil des ministres.

Mais ne nous y trompons pas, le soi-disant « mariage » homosexuel ainsi que l’adoption d’enfants par des « couples » homosexuels ne vise pas uniquement à satisfaire les lobbys des invertis ou à distraire de la crise économique : ils ont surtout pour objectif d’achever de détruire la société française !

Assurément, en détruisant la cellule de base de la société, LA FAMILLE, éducatrice et protectrice des plus petits, des plus faibles et des plus fragiles (les bébés, les personnes âgées, les handicapés) on contrôle de plus en plus aisément une population que l’on s’est, en outre, évertué, avec un succès incontestable, à rendre quasi-analphabète.

Allons-nous admettre que, dans NOTRE LIVRET DE FAMILLE, les mentions PARENT A et PARENT B se substituent aux mentions PÈRE et MERE ?

En 1999, pour mieux faire avaler le PACS, Mme GUIGOU, Garde des Sceaux du gouvernement JOSPIN avait juré ses grands dieux, à la tribune de l’Assemblée, que jamais il n’y aurait de mariages entre personnes de même sexe…..
Actuellement, ceux qui osent prétendre que la prochaine étape sera la polygamie sont vilipendés pour leurs soi-disant « délires ». Or, au Danemark et aux Pays-Bas, ces projets sont déjà bien avancés. Au Brésil, un notaire de Rio de Janeiro, Claudia do Nascimento Domingues s’est faite le champion des unions civiles à trois personnes et même à cinq (voir le quotidien « Le Monde » du 13 septembre 2012).

C’est la raison pour laquelle LAISSEZ-LES-VIVRE s’est associée à onze autres associations pour manifester à Paris le dimanche 18 novembre à 14 H 30 du ministère de la Famille (14 avenue Duquesne) à l’Assemblée Nationale (place du Palais-Bourbon) et invite toute personne de bonne volonté à se joindre à elles.

 

Communiqué de Laissez-Les-Vivre - SOS Futures Mères
du 22 octobre 2012

Samedi 20 octobre, la 22 ° marche pour la Vie et pour la Famille a vu ses effectifs augmenter d'environ 50% : en effet, cette année, alors que des enjeux essentiels vont entrer en discussion au Parlement début 2013 ("mariage" et adoption par les couples homosexuels puis euthanasie), quatre associations ont rejoint Renaissance Catholique pour co-organiser la Marche : ACIM, Notre-Dame de Chrétienté, Laissez-Les-Vivre - SOS Futures Mères et SOS Tout-Petits.

En novembre, les militants pour la Vie et pour la Famille sont invités à participer à deux autres évènements à Paris :

Dimanche 11 novembre à 11 heures, place du Trocadéro :
26° cérémonie pour la Paix et pour la Vie,
Instituée en 1988 par Jean-Bernard GRENOUILLEAU, l'un des fondateurs de Laissez-Les-Vivre, (Avec la participation du choeur Montjoie Saint-Denis)

Dimanche 18 novembre à 14 h 30, 14 avenue Duquesne, face au ministère de la Famille, manifestation organisée par l'Institut CIVITAS auquel se joignent douze associations, dont Laissez-Les-Vivre, pour contrer le "mariage" et l'adoption par les couples homosexuels

Le quotidien "Le Monde" dénonce enfin

la dangerosité de la pilule contraceptive !

Dans son édition datée du 15 novembre 2011, "le Monde" informe enfin ses lectrices de la dangerosité de la pilule contraceptive en se basant sur des études souvent très anciennes : Agence Européenne du Médicament (1995), Université de Copenhague (1995 à 2009). Décidément, l'information met parfois bien du temps parvenir au "quotidien de référence" ! On en vient à regretter l'époque des chars à boeufs ! Si son titre ("Les risques de la pilule de 3° génération sont sous-évalués") ne mentionne que la pilule de 3° génération, le corps du texte s'attaque à toutes les pilules (y compris à la 4° génération)

Pourtant, "Le Monde" ne cite pas le Centre International de Lutte contre le Cancer (rattaché à l'Organisation Mondiale de la Santé) annonçant dans son communiqué du 1er août 2005 le caractère cancérigène de la pilule. Il ne cite pas non plus le Collège Européen de neuro-psycho-pharmacologie, l'Université de Californie et l'Université de Liverpool qui ont dénoncé durant cet été 2011 les graves troubles psychiatriques causés par la pilule : dépression et altération du discernement causées par un bouleversement hormonal.

En lisant "Le Courrier de Laissez-Les-Vivre", qui dénonce depuis plus de 30 ans les méfaits de la pilule, beaucoup de cancers, de divorces, de suicides et de souffrances auraient pu être évités à des centaines de milliers de françaises.

Donc, les plus hautes autorités de l'Etat, dont le ministre de la santé, M. Xavier Bertrand, lecteurs attentionnés du "Monde" sont désormais bien informés de cette situation.

Ainsi c'est réellement un cadeau salement empoisonné que M. Bertrand voulait faire à toutes les femmes en annonçant en la "Journée de la Femme" (ce 8 mars 2011) que la pilule de troisième génération pourrait bientôt être remboursé. Ce même 15 novembre, la députée U.M.P. Bérengère Poletti, systématiquement en pointe sur la culture de mort, déposait une proposition de loi en vue de permettre l'obtention de la pilule anonymement, gratuitement et facilement, y compris pour les mineures !

M. Bertrand fera t'il même seulement l'objet d'une simple question au gouvernement, cela n'est pas sûr du tout ! On ne sait si son discernement est altéré mais, en tout cas, sa clairvoyance est voisine de zéro. On se souvient que le scandale du sang contaminé avait provoqué 2 500 morts : et la pilule contraceptive, combien de morts, M. le ministre, vous-mêmes, vos complices, vos prédécesseurs et sans doute vos successeurs ? Ni responsables, ni coupables, sans doute !

Superbe, le principe de précaution à géométrie variable, surtout inscrit dans la Constitution de la V° République !


Communiqué de Laissez-Les-Vivre SOS Futures Mères

Une étrange affaire : les tétines toxiques

Depuis plus de 30 ans, les maternités ont recours à des biberons prêts à l'usage (unique), achetés auprès des deux seuls fabricants français, stérilisés et vendus sous cellophane individuel. Mais les hôpitaux re-stérilisent les tétines avec de l'oxyde d'éthylène avant usage pourtant considéré comme cancérigène de puis 1994 !

Chose étrange, l'oxyde d'éthylène est interdit lorsqu'il est au contact de denrées alimentaires mais le biberon tout-prêt est considéré comme médicament ! Dans ce cas ce "médicament" qu'il soit stérilisé par le fabriquant ou par la maternité utilisatrice (puisque modification il y a) devrait obtenir une autorisation de mise sous le marché (A.M.M.) régulièrement délivrée par le ministère de la santé lui-même.

Nous ne saurions que féliciter le ministre de la santé, M. Xavier BERTRAND, d'organiser une réunion d'urgence dès aujourd'hui (18 novembre) alors que l'affaire a été dévoilée seulement hier et demander la remise d'un rapport au plus tard le 31 décembre 2011. En effet, chaque année, des centaines de milliers d'enfants que leur maman n'allaite pas pourraient être empoisonnés durant trois à sept jours !

Mais pourquoi donc M. le ministre de la santé ne réagit-il donc pas au caractère également cancérigène de la pilule contraceptive dont s'est emparée le quotidien "Le Monde" le 15 novembre (donc deux jours plus tôt) et qui concerne des millions de femmes durant 20 à 30 ans de leur vie ?

 

Communiqué de Laissez-Les-Vivre

Un sévére rappel à l'ordre de la France par l'OCDE

Sous l'apparence de félicitations (taux d'activité féminine élevé et bonne tenue -en réalité trés relative- de la natalité), la France reçoit un sévére rappel à l'ordre de l'OCDE car :

1) elle n'a pas réduit la durée du congé parental d'éducation ;
2) elle n' a pas suivi le précédent rapport de 2007 ("bébés et patrons") qui préconisait déjà ce raccourcissement ;
3) pas plus que le rapport TABAROT de juillet 2008 qui devait prendre effet dés janvier 2009

et, tout cela, malgré le scandaleux discours du Président SARKOZY du 13 février 2009 sur le "triple gachis" engendré par la longueur du congé parental. La crise financiére et l'augmentation du chçmage qui a suivi ayant sans doute freiné les veilléités transformatrices du gouvernement. Les pouvoirs publics vont ils céder aux pressions des lobbys économiques, féministes et maçonniques qui oeuvrent systématiquement à la destruction de la famille ou, au contraire, respecter le bon sens et l' intérêt de millions de femmes et d'enfants qui, depuis 1988, ont bénéficié de cette opportunité. La récente amélioration de l' emploi annoncée à grands fracas médiatiques ne doit pas être l' occasion de ce raccourcissement.

A la veille de l'échéance présidentielle et législative de 2012, une mobilisation des familles est indispensable !


COMMUNIQUE DE LAISSEZ LES VIVRE - SOS FUTURES MERES

L'implacable logique de la culture de mort

En ce mardi de Pâques, 26 avril, un joyeux tintamarre politico-médiatique très savamment orchestré saluait presque unanimement la généralisation du "pass-contraception" déjà mis en service dans trois régions à présidence socialiste depuis 2009 ou 2010.

Avec une remarquable unité républicaine M. Luc CHATEL, ministre de l'éducation UMP rejoignait M. Jean-Paul HUCHON, président socialiste de la région Ile-de-France - où le carnet de la mort était pourtant déjà en service depuis plus d'un an - dans un lycée de la région capitale. La notion de développement de l'offre contraceptive était omniprésente, exprimant le plus clairement du monde que la culture de mort constitue un excellent "business".

Mais, alors même que l'un des objectifs annoncés de cette diffusion prioritaire aux 159 000 lycéens de classe de seconde, était de réduire le nombre d'avortements (terminologie remise en vigueur par Mme Bachelot, précédemment ministre de la santé), le centre d'interruption volontaire de grossesse de l'hôpital Tenon (Paris XX°) rouvrait ses portes avec un "business-plan" infernal de 500 avortements annuels : 300 par voie "médicamenteuse" (sic) et 200 par voie chirurgicale !

Mais comme les statistiques officielles de l'avortement sont systématiquement publiées avec trois ans de retard, on ne connaîtra le résultat de cette mesure de pompier-pyromanes que fin 2014 !

Une question reste également en suspens : que vont faire les lycées catholiques ?


COMMUNIQUE DE LAISSEZ LES VIVRE

Jean-Bernard GRENOUILLEAU est décédé à l'age de 82 ans en ce vendredi de la passion, à 1H30 du matin, en unité de soins palliatifs de l'hôpital Sainte-Périne à Paris (XVIème). Souffrant de vertiges depuis la fin février, il avait été admis, sur les conseils du Dr Xavier DOR, en service de neurologie de la Salpétrière où, atteint d'une encéphalite foudroyante, il resta près de six semaines avant d'être transféré, quelques jours avant son retour à Dieu, à Sainte-Périne.

Tout en étant l'un des trois membres fondateurs de Laissez-Les-Vivre, il en fut également "l'inventeur", en en trouvant le nom, lors de l'Assemblée générale constitutive du mouvement, le 27 novembre 1970, soit exactement quatre ans avant le débat sur la loi Veil à l'Assemblée Nationale. Il en fut Secrétaire général durant quatre ans.

Puis, soucieux de son indépendance, il crée en 1978 le Comité pour Sauver l'Enfant à Naître (C.S.E.N.), mais dans les mêmes locaux du 139 boulevard de Magenta, pour sceller l'unité du mouvement pro-vie.

Puis en 1981, le Centre International pour la Vie à Lourdes où il s'investit personnellement durant près de vingt ans. De nombreuses années avant l'essor d'internet, il crée Mondial Vie Info, bulletin d'information quotidien sur ligne téléphonique dédiée, qu'il mit à jour durant douze ans sans la moindre omission.

En 1986, il institue la cérémonie pour la paix et pour la vie qui se déroule chaque 11 novembre place du Trocadéro.

Dès le 20 novembre 1989, il célèbre la journée internationale des droits de l'enfant avant de la confier à l'Union Pour la Vie.

Après un voyage à Oslo en 1990, il crée la Journée Mondiale pour la Vie le 27 avril 1991 où il intervient en direct depuis Tokyo.

En 1993, il soutient la création de l'Union pour la Vie, créée par Christine BOUTIN, dont il reste un fidèle artisan.

Il participe à l'essor du collectif "30 ans, ca suffit" dès janvier 2004 et il est l'une des chevilles ouvrières de la première manifestation du 23 janvier 2005.

Au sein de la J.M.V., il crée en 1996, la Course au coeur de Paris qui se déroule chaque dernier dimanche d'avril au départ du parvis de Notre-Dame de Paris. Il avait consacré son dernier jour à son domicile à la préparation de l' édition 2011.

Durant ces quarante années de combat, l'unité du mouvement fut sa préoccupation majeure.

Ses nombreux voyages (Rome, Tokyo, Oslo, Québec) sont toujours orientés vers le combat pour la vie.

Jean-Bernard GRENOUILLEAU ne fut pas simplement une immense figure du monde pro-vie mais il était également un militant dans l'ame. Assurément, il serait difficile de trouver une seule personne ayant distribué autant de tracts que lui !

Magistrat brillant, il sacrifia sa carrière au combat de sa vie pour terminer premier juge au tristement célèbre tribunal de Bobigny.

Nos coeurs et nos ames se tournent également vers son épouse Annick, également éprouvée par la maladie.

Les obsèques de Jean-Bernard GRENOUILLEAU seront célébrées en l'église Sainte-Marguerite de Fontenay sous Bois (Val de Marne) Jeudi Saint à 11 heures. Le professeur Jérôme Lejeune était retourné à Dieu au matin de Paques 1994 : c'est un signe qui ne trompe pas.

S'il n'avait pas d'enfants déclarés à l'état-civil, assurément tous les enfants du monde, nés ou à naître, étaient les siens, et nous tous, pauvres orphelins, le resteront à tout jamais.



LAISSEZ LES VIVRE - CONGRES LE 26 MARS
Pour lire le document, cliquez sur l'image.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA PAGE


COMMUNIQUE DE LAISSEZ LES VIVRE

Il y a exactement 36 ans aujourd'hui, c'était le 17 janvier 1975, la première loi d'avortement, dite VEIL, était promulguée après avoir été soumise au Conseil constitutionnel. Le même jour, à l'hôpital Béclère de Clamart (Hauts-de-Seine) Le professeur Emile Papiernik, chef du service de gynécologie obstétrique, effectuait, "symboliquement" selon ses propres déclarations et avant même les décrets d'application la première " interruption volontaire de grossesse "

Le 10 janvier 1987 avait lieu à l'Hôpital TENON (Paris XX¡ã) la première prière de réparation publique des crimes de l'avortement. A sa tête : le Dr Xavier Dor et Fran"oise Robin (SOS Tout Petits nouvellement créée), Michel Raoult (AOCPA) Pierre et Béatrice Vouters (Laissez-Les-Vivre SOS Futures Mères). Le centre " d'interruption de grossesse " de l'hôpital Tenon avait fini par fermer en juillet 2009. Mais le maire socialiste du XX¡ã arrondissement, Mme Calandra, vient d'annoncer que l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris venait de donner son accord de principe pour la réouverture de ce " centre IVG "

En venant défiler dimanche 23 de la République à l'Opéra, que cela soit en scandant des slogans ou en priant, vous affirmerez la prédominance naturelle de la Culture de Vie, et assurément vous sauverez, directement ou indirectement, des vies.

 

COMMUNIQUE DE LAISSEZ LES VIVRE

Comme chaque année, les manifestants de la Grande Marche Nationale pour la Vie ont la faculté de se joindre à la récitation du chapelet en seconde partie de cortège.

Pour la 7ème Marche, dimanche 23 janvier, (rendez-vous à 14 h 30 place de la République), l'Association Catholique des Infirmières, Médecins et professions de santé, l'Institut du Bon Pasteur et Notre-Dame de Chrétienté vous invitent à rejoindre Laissez-Les-Vivre SOS Futures Mères, Renaissance Catholique et SOS Tout Petits, associations membres du collectif "En Marche Pour la Vie" pour la récitation de ce chapelet animé cette année par le Révérend Père Argouarc' h (Sainte Croix de Riaumont), M. l'Abbé Laguérie (Institut du Bon Pasteur) et M. l'Abbé Le Coq (Notre-Dame de Chrétienté).

Il est rappelé que les forces de police présentes durant toute la Marche assurent une solide sécurité et qu'aucun incident n'a jamais été déploré depuis la création de cette marche en 2005. En conséquence, TOUS les enfants, jeunes ou moins jeunes, en poussette ou à pied, sont les bienvenus avec leurs parents et grand-parents. Compte tenu de la clémence de ce mois de janvier,

VENEZ TOUS EN FAMILLE !

 


COMMUNIQUE DE LAISSEZ LES VIVRE

Assurément, deux places sont de plus en plus dangereuses pour les enfants à naître ou déjà nés : le ventre de leur mère (où un enfant sur cinq est supprimé) et les organismes de « placement » départementaux.

Non satisfait d'organiser l'extermination de 220 000 enfants à naître chaque année depuis 1975, l'Etat français (sous le couvert des départements depuis 1982) organise le « placement », c'est à dire le vol d'environ 150 000 enfants par an à leurs parents pour soi-disant assurer leur protection.

Or, on compte un nombre incalculable de cas d'abus sexuels, de viols, d'accidents ou de suicides dans les familles ou foyers dits d'accueil. Début novembre, le cas du petit Christopher, retrouvé noyé dans l'Eure défrayait la chronique. Cet été, une jeune fille était assassinée par une voisine du même foyer.

Hier, mercredi 1er décembre, une maman (avocate de formation) avait rendez-vous avec la directrice de l'Aide Sociale à l'Enfance (A.S.E.) pour lui parler d'Hubert (12 ans) qui n'a pas pu voir une seule fois sa maman depuis le début de son placement (le 12 avril, soit huit mois).

Comme la directrice de l'ASE n'a pas eu le courage de venir dire en face à sa mère qu'Hubert avait fait deux tentatives de suicide dans la semaine et se retrouvait sous anti-dépresseurs, son émissaire a annoncé à sa maman : « Vous avez des ennemis plus puissants que vous. Vous ne reverrez jamais votre fils : il sortira, mais les pieds devant ».

Un conseil à toutes les familles, dès que vous commencez à entendre parler de l' « A.S.E. », quelle que soit votre détresse, fuyez à toutes jambes tous ensemble et au bout du monde, s'il le faut, en vous souvenant, en ce temps de l'Avent, d'un précédent historique, celui de la fuite en Egypte !



"Communiqué de l'Association du Rosaire Public à Bordeaux"

Parce que l'ARPB (Association du Rosaire Public à Bordeaux) a osé écrire au sujet de sa journée de prière du 20 novembre « (qu'une) horde haineuse de 400 activistes (étaient) accompagnés d'une députée socialiste de Bordeaux »(*), madame Michèle DELAUNAY, députée socialiste de Bordeaux, nous écrit la lettre suivante et nous menace de déposer plainte:


Messieurs, Mesdames
Je suis outrée de la mise en cause contenue dans votre dernier courriel ainsi que dans des sites qui se réclament d'une obédience chrétienne alors qu'ils la trahissent et la salissent régulièrement (chrétienté info, infos-bordeaux, le salon beige)

J'étais bien présente à la manifestation du 20 novembre pour témoigner du droit à l'avortement. Le journal Sud Ouest a relaté mes propos à ce sujet ainsi que plusieurs autres médias. Je manifeste pour une vie digne et libre des femmes qui se trouvent affrontées, souvent seules, à ce type d'épreuve et ne veux en aucun qu'elles vivent ce qu'il m'a été donné de connaître en garde au cours des premières années de mes études de médecine (cf mon blog "IVG, un droit, seulement un droit, mais un droit" 21 nov)

J'ai exprimé de plus que les vrais catholiques n'étaient pas ceux qui participaient à cette manifestation hors de la cathédrale. Le père Fayolle me confirme aujourd'hui qu'ils étaient réunis ce même jour dans un autre lieu et surtout dans un tout autre esprit.

Votre mail m'associe à une haine que je n'ai pas constaté et que je partage en aucun cas. Plus gravement encore, les deux sites nommés affirment sans aucune preuve que j'ai scandé des slogans anticatholiques. J'ai tout au contraire demandé qu'ils s'interrompent et j'ai aussitôt quitté la manifestation. Ceci sous l'œil de nombreux témoins.

-Si la vérité n'est pas rétablie, si cette réponse n'est pas transmise à tous les destinataires de votre mail ; -Si les deux sites nommés ne corrigent pas leurs affirmations et ne présentent pas leurs excuses, je me verrai contrainte à porter plainte pour diffamation.

Merci d'en prendre note et d'agir en conséquence.

Michèle Delaunay

Bureau parlementaire
20 rue Saint Laurent
33000 Bordeaux

Tel 05 56 44 84 80
Fax 05 56 52 57 06
Collaborateurs 06 80 89 51 57

Courriel
delaunay.deputee@orange.fr
mdelaunay@assemblee-nationale.fr

Site
www.michele-delaunay.net.

Mme. Delaunay députée socialiste en Gironde, nous menace donc de poursuites en diffamation si la lettre qu'elle nous envoie n'est pas transmise à nos destinataires. Pourtant c'est un fait, l'intéressée était bien présente au milieu d'une foule haineuse (donc en compagnie de), où est alors la diffamation ? Madame Delaunay reconnaît bien sa participation à la manifestation pro-avortement (non déclarée à notre connaissance et donc non autorisée) du 20 novembre devant la cathédrale, au cours de laquelle de nombreuses infractions pénales ont été commises. Enfin, elle écrit elle-même sur son blog : « j'ai quitté la manifestation quand des slogans m'ont paru dépasser et dénaturer l'objet de la manifestation », si ce n'est pas la reconnaissance de débordements, nous ne savons pas alors ce que cela veut dire.
Les menaces semblent être devenues le seul moyen de défense des partisans de l'avortement. Mais les menaces judiciaires étant, c'est tremblant de peur que nous nous exécutons sans oublier de rappeler qu'une « horde haineuse d'activistes » peut se caractériser par :

- Plus d'une heure d'injures publiques à caractère raciste contre des particuliers en raison de leur religion (« Jésus, Marie, on t'encule », « ah si Marie avait connu l'avortement, on aurait pas tous ces emmerdements », « satan t'habite », « les grenouilles au bénitier, les femmes en liberté »), donc en infraction avec la loi.
- Des individus le visage masqué, donc en infraction avec la loi.
- Une manifestation non autorisée, donc en infraction avec la loi.
- Des jets de canette de bière et de boules puantes sur des gens à genoux et de dos à leurs agresseurs, donc en infraction avec la loi.
- Des gestes obscènes à l'encontre de gens en train de prier, donc en infraction avec la loi.
- Des cris, sirènes et sifflets diffusés fortement pour couvrir les paroles d'une prière et des tentures déroulées pour cacher des catholiques pacifiques en train de prier, aux passants de la place Pey Berland, donc en infraction avec la liberté d'expression et le droit à la parole.
- La constitution manifeste d'un fichier photos des défenseurs de la Vie par leurs opposants à chaque manifestation pro-vie, donc en infraction avec la loi.
- La nécessité de faire déplacer des dizaines de CRS pour protéger une poignée d'individus pacifiques composée entre autre de femmes, d'enfants et de personnes âgées.

Si une plainte est donc déposée contre nous, cela nous permettra de faire éclater au grand jour qui était l'agresseur et qui était l'agressé mais aussi qui était en infraction. A moins que, forts de notre constat d'huissier, nous ne déposions plainte nous mêmes contre cette horde haineuse dont les comportements hostiles sont également constatés par images et par les officiers de police judiciaire présents sur place.
Nous remercions enfin Mme. la députée pour sa lettre où elle décerne des brevets de catholicité de son propre chef en désignant qui est un « vrai catholique ». Ses études de théologie ou sa fonction d'élue du peuple lui décernent peut être cette compétence… Mais madame la députée n'en n'est pas à son coup d'essai car elle a déjà écrit au Pape Benoît XVI (le 11 mai 2010) pour lui dire ce qui relevait ou ne relevait pas de l'enseignement de l'Eglise… on croit rêver.

Enfin, que les opposants ou les indécis quels qu'ils soient à notre prière publique, méditent cette réflexion du Saint Père que nous découvrons dans « Lumière du monde » :
« L'Eglise, le chrétien et, avant tout, le pape doivent toujours s'attendre à voir le témoignage qu'ils doivent porter devenir un scandale, ne pas être accepté. Supporter les attaques et résister fait donc aussi partie de la foi chrétienne. (…) Je suis déçu du fait qu'avant tout dans le monde occidental subsiste cette aversion pour l'Eglise, que la sécularisation gagne en autonomie et prenne des formes qui éloignent de plus en plus de personnes de la foi, que le courant dominant continue à s'opposer à l'Eglise. »

Notre prière pour la défense du premier des droits de l'Homme dérange, c'est la preuve qu'elle est utile.

_____________________________________________________________________________

(*) Texte in extenso de notre communiqué du 21 novembre : Samedi prochain, le Pape invite les catholiques du monde entier à prier pour la Vie naissante ! L'Association du Rosaire Public à Bordeaux (ARPB) invite tous les catholiques à s'unir à la prière de l'Eglise en retrouvant notre Cardinal, Son Eminence Jean-Pierre Ricard le vendredi 26 novembre 2010 à 20h30 Eglise Notre-Dame Place du Chapelet à Bordeaux:

http://bordeaux.catholique.fr/users/site/..../&agenda_id=3111

Par ailleurs l'ARPB remercie les 200 à 250 fidèles venus ce 20 novembre courageusement prier devant la cathédrale malgré la horde haineuse de 400 activistes accompagnés d'une députée sociale de Bordeaux. Les images ci-dessous montrent le vrai visage des artisans de mort "respectueux de la liberté d'expression....". A ceux qui nous accuseraient encore de provocation, nous rappellerons que la vraie provocation aurait été d'effectuer notre prière devant le planning familial, ce qui n'a pas été le cas. Mais face à cet argumentaire fallacieux, pensons qu'avec un tel raisonnement les pèlerinages et l'évangélisation de rue seront bientôt aussi considérés comme provocateur aux yeux des ennemis du Christ. Nous ne nous laisserons pas intimider par ceux qui veulent que les catholiques restent cachés dans leurs églises comme au temps des catacombes. A crime public, réparation publique !

http://www.youtube.com/watch?v=AHQY6EzSTYk
et aussi:
http://picasaweb.google.com/..../RosairePublic2010ABordeaux?feat=directlink

 

"QUE PENSER DE L'AFFAIRE DE MANOSQUE ?"

Avec l'enflure des partisans de l'avortement, l'exclusion théâtrale prononcée par un ministre obéissant, Luc Chatel, plus préoccupé de se couvrir de son parapluie que de justice, et les réactions de tous bords sur internet, il est possible de comprendre ce qui s'est réellement passé dans ce lycée de Provence, et l'enjeu de cette affaire.

Il s'agit d'un professeur d'Histoire qui organise - comme l'Education Nationale lui en fait l'obligation - avec ses élèves des "débats" sur des questions d'actualité. L'avortement est choisi. Pour alimenter le débat il distribue des documents, en l' occurrence un texte de Simone Veil et un tract pro-vie, et il projette une vidéo montrant le déroulement d'un avortement, après avoir averti ses élèves de la crudité de ces images. L'effet est immédiat : "que de corps entassés, que de membres épars....". Son crime, dénoncé à retardement par les officines spécialisées, fut de montrer la réalité : le meurtre sanglant d'êtres humains.

Pour les promoteurs de l'avortement, cette réalité doit rester occulte, il est interdit de la montrer, ni même d'en parler. Afin de fausser le débat, d'écraser les intelligences, de faire taire les consciences.
Mais la vérité finit toujours par sortir du puits. MERCI PROFESSEUR !

 

La famille à nouveau ignorée

Comme dans le premier gouvernement FILLON jusqu'en mars 2008, le mot famille est absent du gouvernement FILLON III. Toutefois, compte-tenu des conceptions de Madame MORANO, secrétaire État à la Famille de mars 2008 à novembre 2010, qui, en ces temps de crise, particulièrement difficiles pour la très grande majorité des familles, les a soutenu comme la corde soutient le pendu, il s'agirait donc plutôt d'une bonne nouvelle.

Mais, si l'on y regarde de plus près, la famille pourrait désormais dépendre de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale (l'ancien portefeuille de Martin Hirsch), Madame BACHELOT, déplorable ministre de la santé durant trois ans et demi. Dans quelques jours on saura probablement si, la nouvelle secrétaire d'Etat, la villepiniste Marie-Anne MONTCHAMP, qui lui est rattachée, est ou non chargée de la famille. Dans la négative, la famille pourrait alors dépendre directement de la ministre, Mme BACHELOT, une situation encore pire que la précédente.

Les familles, à nouveau ignorées par l'exécutif, pourraient se souvenir du sort que l'exécutif leur a réservé lors de l'élection présidentielle de 2012.


LISTE DE DIFFUSION


AGENDA
Cliquer ici pour consulter l'agenda !

A C T U A L I T É
Cliquez sur le logo de la rubrique
que vous souhaitez consulter

Idées

Sur le front du respect
de la Vie en France

Où en est le respect
de la Vie à l'étranger ?

À l'Est du nouveau

La culture de Vie
face aux tribunaux

Euthanasie
Eugénisme

Dans le beau monde
de la culture de mort

Tocsin

Politique familiale

Démographie

Protection sociale et
retraite

Bioéthique

Bibliographie